Le premier satellite artificiel Spoutnik

C’est dans le contexte de la prochaine année géophysique internationale 1958 que le tout premier lancement réussi du premier satellite artificiel au monde s’est effectué, le 4 Ooctobre 1957. Spoutnik 1 (« Compagnon » en français), lancé par une fusée soviétique Zemiorka R7 sous la houlette de Sergueï Korolev. Comme il s’agissait d’une première, le Spoutnik avec une fonction essentiellement politique, car dans un deuxième contexte, celui de la guerre froide entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique, une nouvelle forme de concurrence, la course à l’espace, est déclenchée. Les Américains, très désagréablement surpris pour ne pas dire furieux et choqués de l’avance de l’Union Soviétique, ne parviennent à envoyer avec succès leur premier satellite, Explorer 1, que 4 mois plus tard, le 1er Février 1958, mais ils prendront progressivement leur revanche avec d’autres records et premières spatiales qui leur feront devancer par la suite les Soviétiques, le plus célèbre étant d’envoyer des hommes sur la Lune en 1969.
Une fonction symbolique aussi , montrant simplement qu’on pouvait envoyer un satellite en orbite et s’assurer de son fonctionnement qui reste strictement communicationnel : les célèbres « bips » entendus dans le monde entier confirmaient le bon fonctionnement du satellite. Celui-ci se présente comme une sphère en aluminium, dont les parois sont épiasses de 2 millimètres, de 58 cm de diamètre et un poids de 83 kg, l’intérieur contient les batteries au zinc-argent et le « vide » est rempli d’azote. Il est aussi muni de 4 antennes de 1 Watt de puissance émettrice.
Spoutnik 1 est placé sur une orbite elliptique, qui dure 96 minutes environ, avec une apogée de 945 km et un périgée de 227 km et une inclinaison par rapport à l’équateur de 64,3 degrés. Il fonctionne 3 semaines, ses batteries s’étant épuisées. Son altitude n’étant donc pas maîtrisable depuis le sol, celle-ci diminue progressivement et Spoutnik 1 retombe dans l’atmosphère où il est détruit le 4 janvier 1958.
Néanmoins, on a trouvé une utilisation scientifique intéressante à Spoutnik 1 : les bips sonores permettaient de se rendre compte de la propagation des ondes dans le vide spatial puis l’atmosphère et il comportait aussi des capteurs de température et de pression.

Universalis

Bips de Spoutnik 1 sur Metallandscape en MP3

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>