Records et premières spatiales d’astronautes : nationalité ou pays ?

Un tweet récent mais au demeurant sympathique d’André Kuipers, astronaute néerlandais de l’ESA, fait poser la question suivante : lorsque des « premières », records et autres classifications dans la conquête spatiale habitée sont répertoriées, que prend-on en compte concernant les astronautes qui les réalisent ? La nationalité. Et pourtant…
Dans le tweet cité, André Kuipers retrouve un autre astronaute, Lodewijk Van Den Berg. Si on veut savoir qui est-il exactement, il s’agit d’un astronaute américain, sélectionné par la NASA, et comptabilisé comme tel. En réalité il est d’origine néerlandaise ! Né aux Pays-Bas, parti enfant aux Etats-Unis avec sa famille, il a acquis la nationalité américaine ensuite. Les Pays-Bas, via l’ESA (Agence Spatiale Européenne), « officiellement », n’a envoyé que 2 astronautes néerlandais : Wubbo Ockels et André Kuipers, Ockels étant le « premier », en tant que nationalité. En réalité, si on tient compte de l’origine, il a été devancé de Lodewijk Van Den Berg, qui a volé à bord de STS-51B en Mai 1985, alors que le propre vol d’Ockels, STS-61A, a eu lieu en Octobre 1985…
Pour des raisons adminitratives et de commodité évidentes, il est donc tenu compte de la nationalité des astronautes.
Mais dans les années 90, de nombreux bouleversements géopolitiques ont entraîné l’éclatement d’un même pays en plusieurs et rend la considération de la nationalité problématique : prenons l’exemple de la Tchécoslovaquie. Avec le début de l’ouverture à l’internationalisation des vols spatiaux habités, le premier vol d’un ni soviétique-ni américain, le tchécoslovaque Vladimir Remek, a lieu en Mars 1978. Mais vers 1993, le pays se coupe en 2 : République Tchèque et Slovaquie. De ce second pays est issu Ivan Bella, qui vole en 1999 à bord de la station MIR. Sans cette transformation, il serait considéré comme le deuxième Tchécoslovaque ! Il n’est que le premier Slovaque…
Et si on creuse un peu plus loin les biographies des astronautes, qui plus est lorsqu’ils l’écrivent eux-mêmes en livre et qu’on ne dispose pas que des fiches descriptives fournies par l’agence spatiale qui les recrutent, on découvre qu’un Tchécoslovaque a marché sur la Lune ! En effet, c’est l’origine des parents d’Eugene Cernan, qui est pourtant né aux Etats-Unis et porte donc la nationalité américaine, et reconnu logiquement comme américain…
Cas de l’Allemagne : à l’inverse, le processus de réunification du pays divisé en 2 depuis 1961, s’est déclenché avec la chute du mur de Berlin en 1989. Le 3ème vol international a eu lieu en août 1978 avec Sigmund Jähn, allemand de l’Est issu de la RDA, mais 5 ans plus tard a lieu le vol d’Ulf Merbold, Allemand de l’Ouest donc de la RFA, sélectionné par l’ESA en 1977 et premier étranger à voler en navette spatiale, dans STS-9, en décembre 1983. Il y a donc eu le premier allemand de l’Est ET le premier allemand de l’Ouest. Mais depuis la réunification, Ulf Merbold est considéré comme le 2ème astronaute allemand… Et ainsi, en tout, ce sont 13 allemands qui sont allés dans l’espace et non 12 allemands RFA + 1 allemand RDA.
Mais qu’en est-il en France de Patrick Baudry et de Philippe Perrin ? L’un est né au Cameroun, le second au Maroc, mais chacun de parents français, tant d’origine que de nationalité, ils n’ont vécu que quelques années de leur enfance dans leurs pays de naissance et n’ont jamais perdu la nationalité française.
Jean-Loup Chrétien, qui a vécu longtemps aux Etats-Unis et y a établi sa vie professionnelle post-spatiale, a pris au début des années 2000 la double nationalité française et américaine. Ayant effectué déjà 3 vols spatiaux en tant que français, et premier astronaute français, sélectionné par le CNES d’abord, puis par la NASA dans la 15ème sélection 1995 qui inclut plusieurs nationalités par partenariat, arrivait presque à l’âge légal français de la retraite au moment de son 3ème vol en navette spatiale. Désirant encore voler au-delà de 60 ans, il se bat pour obtenir la nationalité américaine (ce qui est très difficile) afin d’être considéré comme un astronaute américain et membre de la NASA à part entière. Il était pressenti pour la mission STS-105 qui devait voler en 2002, mais un accident (chute d’une lourde caisse sur la tête en visitant un entrepôt) bien qu’il s’en soit très bien sorti, ne lui a cependant plus jamais permis de retourner dans l’espace sur ordre des médecins. Mais si tel avait été le cas, son vol aurait-il été comptabilisé comme nouveau vol spatial d’un français, ou comme vol spatial d’un américain parmi d’autres ? Voire les 2 à la fois ? Mystère…
On n’en finirait pas de donner des exemples, et la classification par origine deviendrait vite… Un casse-tête chinois !

Tweet d’André Kuipers

Spacefacts

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>