Le 1er astronaute français en 1982

Il y a 36 ans ce 24 Juin que l’astronaute Jean-Loup Chrétien est devenu le 1er Français dans l’espace !

Tout a commencé en 1979, lorsque Valéry Giscard d’Estaing, Président de la République, projette de faire envoyer un Français dans l’espace, ayant eu vent de ce que d’autres pays, essentiellement des pays « frères » de l’URSS*, ont envoyé un de leurs ressortissants aux confins des étoiles, donc par la filière soviétique*.

Ainsi ce que peu de gens savent, c’est que le 1er ni-Soviétique ni-Américain dans l’espace n’est pas Jean-Loup Chrétien, mais le Tchécoslovaque* Vladimir Remek, qui décolle le 3 Mars 1978 pour une semaine à bord de la station soviétique Saliout 6, seule station spatiale opérationnelle de l’époque (le Skylab américain, vide, étant moribond et retombant en morceaux sur terre en 1979). Suivront un Polonais (Hermanzewski), un Allemand RDA*(Jähn), un Cubain (1er afro-antillais de l’espace, Mendez), un Mongol (Gurragcha), un Viêtnamien (Phâm-Thuan), un Bulgare (Ivanov) et un Roumain (Prunariu), entre 1978 et 1981.

De son côté, la toute jeune Agence Spatiale Européenne (ESA) a effectué sa sélection d’astronautes et en 1978, 4 candidats sont retenus : un Allemand (Ulf Merbold), un Suisse (Claude Nicollier), un Néerlandais (Wubbo Ockels) et un Italien (Franco Malerba)

Mais revenons en France. Le CNES, agence spatiale française à l’époque indépendante de l’ESA, effectue sa première sélection. De milliers de candidatures, au fil des tests et examens se calquant sur les exigences de l’agence spatiale soviétique, la liste se réduit jusqu’à 5 candidats, 1 femme et 4 hommes : Françoise Varnier, Jean-Pierre Job, Jean-Loup Chrétien, Gérard Juin et Patrick Baudry. Mais lors d’un entraînement de saut en parachute, 3 des candidats, Françoise, Jean-Pierre et Jean-Loup font une mauvaise chute et se retrouvent la jambe dans le plâtre, ce qui compromet provisoirement la suite des événements. Fort heureusement ils en guérissent, mais Françoise Varnier est vite éliminée car le règlement de l’agence soviétique exige que titulaire et remplaçant soient du même sexe et il n’y avait qu’une seule candidate française de disponible…

Finalement, le 11 Juin 1980, les 2 heureux finalistes sont retenus : Patrick Baudry (né le 6 Mars 1946) et Jean-Loup Chrétien (né le 20 Août 1938), tous les 2 issus de l’Armée de l’Air. A ce moment-là ils sont à égalité et peu après, ils partent s’installer à la Cité des Etoiles. Si Patrick Baudry part avec épouse et fille, Jean-Loup Chrétien reste seul et ne reçoit ses 4 fils adolescents que pendant les vacances scolaires. La 1ère année de formation est strictement théorique et scolaire (même des cosmonautes ayant déjà volé suivent ces cours pour maintenir voire améliorer leurs connaissances et compétences) et de surcroît ils doivent apprendre et maîtriser très vite le russe ! Seule récréation, ils vont 3 fois par semaine en salle de sport faire de la musculation et le dimanche ils mangent chez les uns ou les autres, et Jean-Loup Chrétien joue de l’orgue électronique, sa grande passion.

Puis le 9 Septembre 1981, Jean-Loup Chrétien est le « gagnant », assigné à une mission spatiale prévue pour l’été suivant, et Patrick Baudry est son suppléant. La 2ème année est beaucoup plus pratique : entraînement en simulateurs, sauvetage en mer, essayage des scaphandres, préparation des expériences à réaliser dans l’espace… Mais entre-temps, le commandant de la mission, Youri Malyshev, est remplacé par Vladimir Djanibekov. 2 versions différentes de ce départ sont données : officielle (maladie) et officieuse (mésentente avec le Français)… Qu’importe, exceptionnellement et par égard pour le Français, la règle qui consiste à remplacer tout un équipage si un seul membre défaille est contournée puisque seul le commandant est remplacé et par la suite tout se passe bien.

Le 24 Juin au soir, le Soyouz T6 décolle parfaitement et rejoint 48h plus tard la nouvelle station soviétique Saliout 7 (en amarrage manuel car le radar automatique ne fonctionnait plus), envoyée dans l’espace 2 mois auparavant, et occupée par 2 autres cosmonautes. La mission, les expériences (physiologie, astronomie, biologie) se déroulent à la perfection et le même équipage revient sur terre le 2 Juillet, tout aussi parfaitement. Jean-Loup Chrétien, en sueur, est extirpé le dernier du Soyouz et effectue même quelques pas mal assurés avant de s’asseoir, accueilli par Patrick Baudry qui offre le champagne et un cigare a son ami, et de signer le Soyouz à la craie comme c’est la tradition.

Par la suite, il y a eu d’autres astronautes, du CNES et de l’ESA, soit 10 Français dans l’espace en tout. Patrick Baudry volera en 1985 dans la navette spatiale (1er Français, mais le 1er étranger est l’allemand Ulf Merbold qui vole en 1983). Jean-Loup Chrétien fait même un 2ème vol en 1988 et il est le 1er ni Américain ni Soviétique à voler 2 fois dans l’espace et à faire une sortie extra véhiculaire record de presque 6h. Michel Tognini, Jean-Pierre Haigneré, Jean-François Clervoy, Jean-Jacques Favier prennent la suite, ainsi que la 1ère femme Française, Claudie André-Dehays (qui épousera d’ailleurs Jean-Pierre Haigneré par la suite), puis Léopold Eyharts, Philippe Perrin et Thomas Pesquet. Certains voleront plusieurs fois, feront des missions de longue durée, des sorties extra véhiculaires, et se partageront entre la navette et le Soyouz, de nouvelles coopérations entre les agences spatiales se sont organisées pour permettre cela.

(Photo : Paris-Match. De gauche à droite avec ordre de 1er vol : Michel Tognini > 3ème , Philippe Perrin > 9ème, Jean-Jacques Favier > 6ème , Patrick Baudry > 2ème, Thomas Pesquet > 10ème, Jean-Loup Chrétien > 1er, Claudie Haigneré > 7ème, Jean-Pierre Haigneré > 4ème, Léopold Eyharts > 8ème et Jean-François Clervoy > 5ème)

40 ans d’écart d’âge séparent le 1er et le 10 Français, 35 ans séparent leurs vols ! Thomas Pesquet, seul astronaute actif sélectionné par l’ESA en 2009, espère être assigné à une 2ème mission…

Note : les termes marqués par un * tiennent compte du contexte politique de l’époque

 

One comment to Le 1er astronaute français en 1982

  • Christiane BIORT  says:

    Bravo à nos Astronautes Français ..Du plus âgé au plus jeune .. Merci à vous de nous faire  » Rêver  » …surtout « au ptit dernier  » qui nous a entraîné dans sa fantastique aventure avec Lui et ses photos magnifiques ..On en Rêve toutes de partir avec LUI ..au bout de l’infiniment grand et mystérieux ..Avec THOMAS ? JE ne risque Rien ..il est incroyable ..Bisous affectueux ..

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>